Curiosités ardéchoises - vie quotidienne

Dans les archives communales de Marcols-les-Eaux ...

« À Chicago, où règnent en maîtres les bandits de toutes espèces, un soir… »

Dès le début de sa romanesque bande-dessinée Tintin en Amérique parue en 1931, Hergé nous plonge dans un Far West moderne où l’argent et la force font loi. Le célèbre reporter du Petit vingtième, observateur avisé de son époque et aventurier infatigable, nous est présenté comme la figure du libérateur face à l’exploitation de l’homme par l’homme, que ce soit au pays des Soviets, au Congo ou cette fois en Amérique. Mais pour nombre d’Européens qui ont mis le pied sur le sol américain avant Tintin, l’Amérique avant d’être un repoussoir capitaliste est le pays des possibles, des opportunités, du travail. C’est au détour d’une banale procédure administrative que le fonds de Marcols-les-Eaux nous laisse entrevoir le destin hors du commun d’un Ardéchois qui a précédé notre héros à la mèche blonde d’une trentaine d’années.

Consulter

Un peu plus qu’une bible

Haut lieu du protestantisme dès le XVIe siècle, l’Ardèche est parcourue par les affrontements des guerres de Religion, entre 1562 et 1595. En 1598, l’Édit de Nantes met fin aux affrontements ; à cette date, l’Ardèche compte 75 églises protestantes. Un siècle plus tard, en 1685 à la révocation de l’Édit de Nantes, les protestants sont rejetés dans l’illégalité mais continuent, dans l’ombre, de pratiquer leur religion.

Consulter

Baix, entre épidémie et port du masque

En 1520, le Vivarais, et particulièrement la vallée du Rhône, est frappé par une grande vague de peste. Sans qu’il s’agisse d’un cas de peste endémique, la crainte que la maladie fait naître est suffisamment importante pour susciter l’intérêt des État du Vivarais, qui adoptent une méthode de prophylaxie, afin de prévenir l’amplification de l’épidémie.

Consulter

Femmes, séductions, amours, sexes et trahisons

« Lui déclara son amour souvent et dans le moment où il pouvoit lui parler seule, lui faisant des promesses de mariage quelle eu la faiblesse de croire […] a une heure nocturne […] par violence qu’il vint a bout d’assoir sa passion sur la comparante ». Cet extrait de déclaration de grossesse de la Demoiselle Marianne Albe, le 9 mars 1784réunit tous les ingrédients qui font le sel de ces documents : séduction par la déclaration d’amour, une promesse de mariage, sans doute une relation sexuelle dont le consentement reste flou et un fruit à naître hors mariage.
Les déclarations de grossesses du baillage de Villeneuve-de-Berg conservées aux Archives départementales permettent un éclairage haut en couleurs sur les affaires de mœurs de nos aïeuls au temps où le sexe était tabou. L’étude sur plus d’un siècle (1650-1790) des déclarations de grossesses permet d’observer l’évolution des mentalités urbaines et rurales au sujet de la séduction. Ces témoignages de femmes sont recueillis sur le territoire rural du bas Vivarais, ce secteur donne lieu à une approche originale des tensions entre protestants et catholiques.

1 Archives départementales de l'Ardèche, 22 B 10.

Consulter

Quel avenir pour les écoles rurales en Ardèche ?

Chaque année, quand l’inspection académique publie la liste des fermetures de classes et d’écoles, le débat renait sur le devenir de l’école rurale. En 2018, ces écoles composées d’ une à deux classes, constituaient encore en France 20 % des établissements pour seulement 5 % des effectifs. Pourtant ce débat n’est pas nouveau comme le montre ce document de 1960 issu des archives du cabinet du préfet.

 

Consulter