Actualités

Actualités historiques (pour un déconfinement progressif)

Le 11/05/2020 Actualités courantes

Avant de construire, l’homme utilise les ressources naturelles à sa disposition.

Le plus monumental des ponts du département est le Pont d’Arc, merveille de la nature dont l’arche surplombe la rivière Ardèche à près de 54 mètres. Utilisé de tout temps pour passer d’une rive à l’autre, l’établissement du réseau routier du Vivarais va attirer sur lui toute l’attention des autorités et des habitants environnants.

Depuis le début du XVIIe siècle, les États du Vivarais, l’un des diocèses civils des États de la province du Languedoc, développent leur réseau de chemins, mais sans stratégie, ni priorité, si ce n’est de privilégier leur réseau propre. Les États du Languedoc, constatent que des projets restent à l’état d’étude, voire inachevés et les chemins mal entretenus. Surtout, les accès au Vivarais depuis les autres diocèses de la province sont mal commodes aux voitures et autres charrettes.

 

 Gravure du Pont d’Arc, s.d., 1 J 198

 

La province qui cofinance les projets, exhorte le Vivarais d’étudier trois itinéraires, on dirait aujourd’hui des pénétrantes, depuis la route des bords du Rhône. Le premier au Nord reliant Saint- Bonnet-le Froid par Annonay, un second, de La Voulte à Saint-Agrève. Le dernier qui nous intéresse, relie Pont-Saint-Esprit à Aubenas où le chemin rejoindra la route d’Auvergne en direction de Clermont- Ferrand. Divers itinéraires sont étudiés, l’un à l’Est, par Villeneuve-de- Berg et Viviers, l’autre, Nord-Sud, passant par Vogüé, Lagorce, Vallon, Labastide-de-Virac.

 

 Requête des communautés à nos Seigneurs des États du Languedoc et extrait du devis des travaux d’avenue au Pont d’Arc, [1775-1776], C878.

 

À Vallon, il faut traverser l’Ardèche. Par une requête adressée en 1775 aux États du Languedoc et du Vivarais, des communautés vivaroises, Vallon, Vagnas… et de l’Uzège comme Barjac et Le Garn, aujourd’hui dans le Gard, demandent que la route passe sur le Pont d’Arc. Ces communautés sont isolées par un relief difficile, condamnées à cultiver des bois et rochers stériles. Et bien que s’acquittant d’impôts, aucun chemin ne les relie aisément aux grands chemins. Et de décrire comment ceux de Chames et Saint-Martin d’Arc utilisent ce sentier taillé «…dans le roc sur le penchant d’une montagne… dont les petites marches ne peuvent contenir que la moitié d’un pied, un précipice de dix toises de profondeur, terminé par des gouffres d’eau… ajoute au danger par l’horreur de la perspective ». Cependant les requérants soulignent que la nature a doté le site d’un monument : « Le Pont d’Arc [...] pas assez connu. C’est une des merveilles que la nature opère… ». Une description assez saisissante en est faite avec « … des masses de rochers qui semblent se précipiter, se heurter et se suspendre  dans les airs par l’équilibre de leur poids, formant d’une seule pièce l’arche la plus hardie, la plus belle de l’univers ; deux montagnes servent de culée à ce pont effrayant.» Arche, culée, clef, élévation, épaisseur, ces termes décrivent ce monument de la nature comme s’il était de la main de l’homme. Mais il est bien un monument naturel, arc majestueux par lequel passe depuis l’origine du monde, « l’Ardèche sans l’avoir jamais endommagé, l’embellissant au contraire de superbes pétrifications ». Revenant à leur préoccupation, les auteurs soulignent qu’aucune crue de l’Ardèche n’a atteint l’arche unique, plus solide que n’importe quels autres ponts qui comme à Pont d’Aubenas nécessitent sept arches pour franchir l’Ardèche. Le chemin le plus droit pour relier le Bas-Languedoc à Paris par l’Auvergne est bien celui de Bagnols et Pont-Saint-Esprit par Aubenas. Et d’avancer, en plus de tous les arguments financiers, géographiques et commerciaux, des propos prémonitoires, sur ce « morceau d’histoire naturelle [qui] attirera bien des curieux».

 

 Plan cadastral napoléonien de la commune de Vallon-Pont-d’Arc, s.d., Archives départementales de l’Ardèche, 3 P 2740.

 

Les États du Vivarais acceptent la requête et des devis sont établis par les ingénieurs Périolas et Vivien, les travaux de la rampe d’accès n’étant pas sans poser des problèmes. Les communautés semblent avoir partie gagnée tant le tracé par Vallon est moins coûteux que par Viviers. Mais une lutte d’influence est engagée entre le Syndic des États, Lachadenède natif de Lagorce et la capitale du Vivarais et l’évêque de Viviers. Toutes ces velléités seront balayées par la décision des États du Vivarais qui choisissent en 1776 l’itinéraire par Villeneuve-de-Berg et Viviers.

À défaut de servir de pont routier, le « morceau d’histoire naturelle » est devenu célèbre attirant de très nombreux « curieux » !


Programmation culturelle

 (jpg - 24 Ko)

Exposition Un voyage en Italie du 24 septembre 2020 au 12 mars 2021.

Accédez à la page de la programmation culturelle.

Venir aux Archives

Place André Malraux
07000 Privas

Attention : à compter du 1er septembre, la salle de lecture rouvre selon ses modalités habituelles.

Accès à la salle de lecture (consultation des documents) :

Lundi au jeudi :

  • 8h30 - 12h
  • 13h15 - 17h

Horaires d’ouverture du bâtiment :

Lundi au vendredi :

  • 8h30 - 12h
  • 13h15 - 17h

Plan d’accès

Attention : les Archives départementales seront exceptionnellement fermées le lundi 12 octobre 2020 après-midi.

À retenir

  • Accédez aux pages de la Grande Collecte ici
  • Accédez directement à la bibliothèque des Archives départementales ici
  • Pour envoyer une carte postale de l'Ardèche, cliquez ici